Enluminure, Non classé

Pourquoi aller au Salon du Patrimoine Culturel (1/2) ?

clip!

Bonjour,

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler du Salon du Patrimoine Culturel, qui se tient tous les ans, en novembre, au Carrousel du Louvre à Paris. Comme son nom l’indique, il concerne le patrimoine. Alors, pourquoi me direz-vous, visiter ce salon quand on est passionné de peinture et/ou d’enluminure ? Eh bien, c’est d’abord et tout simplement une merveilleuse source d’inspiration !

Affiche du Salon du patrimoine culturel
Affiche du Salon du Patrimoine Culturel (crédit photo : patrimoineculturel.com)

Ce salon regroupe un grand nombre d’acteurs du patrimoine et notamment beaucoup d’artisans. Et ce, dans tous les domaines du patrimoine : pierre, vitraux, horlogerie, restauration de peinture, sculpture et même… constructeur de cloches !

Vitrail
Sculpture
cloche

Mais l’inspiration vient quelque fois de domaines totalement différents. Par exemple, j’ai vu une magnifique sculpture en verre d’Eric Bronte. Cela m’a donné envie de réaliser un tableau à l’acrylique, dans le même esprit, avec une association de noir mat et brillant en épaisseur et des incrustations de petites tesselles dorées.

Il y avait également de très beaux vitraux, comme un paravent de la maison Andrieux. Ils pourraient être réinterprétés en peinture ou en enluminure, que ce soit par les motifs modernes, ou au contraire, en représentant des motifs anciens mais en dessinant soudures en métal.

Paravent en vitrail et sculpture en verre

Pour moi, ce salon est ainsi une vraie source d’inspiration. En plus, on retrouve aussi de très beaux livres et magazines sur les beaux-arts et sur l’enluminure. D’ailleurs, depuis plusieurs années, une enlumineuse, Annie Bouyer, y tient un stand.

 

Annie Bouyer, enlumineuse

Anciennement professeur d’anglais, Annie Bouyer a développé une passion pour l’enluminure et en a fait son métier. Une des choses que j’apprécie la concernant est qu’elle travaille comme moi selon les techniques traditionnelles : détrempe et couleurs “fait maison”, utilisation des matériaux traditionnels (parchemin, feuilles d’or véritable, pigments utilisés à l’époque, …). 

Annie Bouyer au Salon du patrimoine culturel
Annie Bouyer et son stand au Salon du Patrimoine

 

Elle représente souvent des oiseaux : paons, hérons, …

Abécédaire des animaux, Annie Bouyer
oiseaux lire_0002
Le paon, Annie Bouyer
Hérons aux livres, Annie Bouyer

Ses autres thèmes de prédilection sont la fête, la musique et l’amour. J’aime particulièrement sa série représentant des petits personnages assis sur des mots : rêver, lire ou comme ici harmonie. 

Harmonie, Annie Bouyer
Harmonie, Annie Bouyer

Moleiro, éditeur de facsimilé de manuscrits

On retrouve aussi le célèbre éditeur de facsimilés de manuscrits, Moleiro. Cette maison créée en 1991 a notamment réalisé le facsimilé des Très riches heures du duc de Berry qui est aujourd’hui présenté à la bibliothèque du Musée de Chantilly à la place de l’original qui est trop fragile pour être présenté au public.

Détail des Très riches heures Duc de Berry et facsimilé du manuscrit
Détail des Très riches heures Duc de Berry et facsimilé du manuscrit (crédit photo : wikimédia et moleiro.com)

Evidemment, ces ouvrages (livres d’heures, atlas, portulans, livres de chasse, etc.) n’ont pas cinq siècles et même s’il essayent d’être au plus près des originaux, ce n’est jamais la même chose (notamment pour l’or).

Facsimilé de la Bible de Saint Louis
Bible de Saint Louis

Cependant, les feuilleter me permet d’avoir une petite idée de ce que cela doit faire de manipuler d’anciens manuscrits : le poids du recueil dans la main, le contact du cuir de la reliure sous les doigts, l’émerveillement à chaque page tournée…

A voir notamment :

  • Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne (épouse de Louis XII), réalisées vers 1503-1508, avec ses 337 pages avec des marges d’inspiration botanique réalisées par Jean Bourdichon et sa cinquantaine de miniatures pleine page.
  • Les Heures de Charles d’Angoulême (père de François Ier) et son folio 52 si original avec le début de la prière de l’Ave Maria anthropomorphe. Ce livre de dévotion privée est aussi l’un des premiers ouvrage de luxe à intégrer des gravures (d’Israel von Meckenem) et non plus que des enluminures.
  • La Bible de Saint Louis pour ses 4 887 petites scènes historiées enluminées et son format (plus de 40 cm de haut !)
Les grandes heures d'Anne de Bretagne
Les grandes heures d’Anne de Bretagne (crédit photo : Château de Blois)
Acrostiche de l'Ave Maria, Les heures de Charles d'Angoulême et Bible de Saint Louis
Acrostiche de l’Ave Maria, Les heures de Charles d’Angoulême et une page de la Bible de Saint Louis (crédit photo : Moleiro, Wikimédia)

Et puis, Moleiro édite des petits catalogues gratuits qui contiennent de très belles reproductions d’enluminures. J’aime beaucoup ces petits fascicules car les impressions y sont de très belles qualité et il m’arrive de m’en servir pour faire des reproductions d’enluminures. C’est une super source d’inspiration ! On peut aussi les retrouver en PDF sur leur site.

 

Voilà, le Salon du patrimoine est donc pour moi (et je l’espère bientôt pour vous aussi) une belle source d’inspiration(s) ! Mais pas uniquement, mais cela fera l’objet d’un prochain post !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Loading Likes...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *