Autres

Une nouvelle technique : le vitrail !

clip!

Bonjour à tous,

Les derniers mois ont été très chargés avec, notamment, un déménagement dans une nouvelle ville et un nouveau travail. Cela ne m’a malheureusement pas laissé beaucoup de temps pour peindre et alimenter mon blog, mais j’ai eu l’occasion de suivre un stage de vitrail. Eh oui, les personnes qui me connaissent vous diront que j’adore tester de nouvelles techniques… au point parfois d’avoir l’air de me disperser. Pour moi, aborder de nouvelles techniques est très enrichissant et chacune apporte aux autres domaines que je pratique déjà. Mais revenons-en au vitrail. J’ai donc eu l’occasion d’effectuer un stage auprès de Nadine Prisset et ainsi de m’initier à la technique Tiffany de réalisation d’un vitrail.
Annecy
vue extérieure de l'atelier
Traditionnellement, les vitraux étaient réalisés avec du plomb. Au XIXème siècle, Louis Comfort Tiffany (fils de la célèbre famille de joailliers), a développé une technique basée sur le cuivre avec des soudures à l’étain. Cette technique permet beaucoup plus de liberté dans le design. Elle permet également de travailler avec des morceaux plus petits. Il est très connu pour ses lampes mais a travaillé sur beaucoup d’autres aspects de l’art du vitrail.
Louis Comfort Tiffany
lampe Tiffany

Étapes de réalisation d’un vitrail Tiffany

La conception de la maquette

La première étape consiste à créer une maquette, c’est-à-dire à dessiner le modèle du vitrail que l’on va réaliser. A ce stade, il faut laisser parler sa créativité en respectant toutefois une règle fondamentale : aucun angle ne doit être inférieur à 180°. En effet, le verre se brise sur toute sa longueur lorsque l’on coupe et un tel angle est trop fragile.
angle impossible de moins de 180°
Angle impossible en vitrail
Par ailleurs, il est important de tenir compte de la difficulté des coupes. Les coupes qui ne sont pas droites sont plus difficiles à réaliser. Pour ma part, j’ai construit un motif abstrait basé sur une sorte de ‘colonne vertébrale’. Je trouve que cela ajoute du dynamisme et du mouvement. Voici la maquette que j’ai du encore simplifier (en réunissant quelques morceaux) afin d’avoir le temps de finir le vitrail…
Maquette du vitrail
Maquette
 On réalise alors un gabarit à l’aide de papier bulle. Les numéros sur la maquette et les pièces du gabarit permettent de savoir où va chaque élément.

Choix des verres et des couleurs

Les teintes du verre sont le plus souvent obtenus selon des procédés traditionnels qui utilisent des métaux comme l’or pour le rose. Tous les verres ne sont pas aussi faciles à travailler (selon leur épaisseur ou textures, notamment). Pour ce premier vitrail, je suis partie dans des nuances de bleus. Je n’ai choisi que des verres unis (sans opalescence). Et pour éviter le côté éventuellement monotone du camaïeu, j’ai décidé d’ajouter quelques touches de jaunes. J’ai également décidé d’ajouter quelques morceaux de miroirs.
toutes les feuilles de verres au choix
La “verre-o-thèque”

Découpe des verres

Une fois les verres choisis, il faut procéder à la découpe. Comme en couture, on place les gabarits sur la plaque de verre afin de minimiser les pertes. On utilise un coupe verre pour “graver” le verre, qui se sépare ensuite selon cette marque. Pour aider à séparer les petites pièces on peut utiliser une pince très pratique : la pince ‘ouvre coupe’. Elle s’est avérée très pratique ! Il est aussi possible d’utiliser une pince à gruger pour reprendre des détails.
Les outils du vitrailliste (coupe-verre, pince ouvre-coupe et pince à gruger)
Les outils du vitrailliste (coupe-verre, pince ouvre-coupe et pince à gruger)

Meulage des pièces

Ensuite viens l’étape magique du meulage ou le bord des pièces deviennent lisses et où il est possible de reprendre les formes avec précision. Cette étape est très agréable car les pièces parfois grossièrement coupées peuvent être précisément adaptées aux gabarits et prennent un meilleur aspect.
Meulage des pièces
Meulage des pièces (crédit photo : http://www.vitrail-centre-bretagne.com/vitrail.html)
 On peut alors commencer à avoir un aperçu de ce que sera le vitrail en posant les pièces côte à côte selon le modèle, tout devant parfaitement s’emboîter.

Pose d’un ruban de cuivre adhésif autour de chaque pièce

Une fois toutes les pièces coupées, on les nettoient, on les dégraisse puis on les entourent de ruban adhésif.
Rouleau de cuivre adhésif
Morceau de verre entouré de cuivre
Au fur et à mesure, on place les pièces côte à côte pour constater si un éventuel décalage s’est produit à cause du cuivrage. Si tel est le cas, il suffit de meuler légèrement les pièces non cuivrées. Voici une photo de toutes les pièces de mon vitrail, cuivrées et prêtes à être soudées !
Ensemble des pièces cuivrées et prêtes pour la soudure
 

Soudure

Dernière étape, mais pas des moindres, la soudure à l’étain permet de rendre les différents morceaux solidaires. On commence par souder les intersections sur le cuivre dégraissé puis on peut soulever l’ensemble pour la première fois et enfin constater l’effet de l’ensemble à la lumière. Un moment magique ! Puis on retourne le vitrail, on soude partout où le cuivre est présent, on retourne à nouveau et on complète la soudure. Et voilà !
Vitrail terminé
 

Mon avis

J’ai beaucoup apprécié effectuer ce stage. J’ai pu apprendre une nouvelle technique et découvrir beaucoup de choses : m’initier à la découpe du verre, redécouvrir la soudure (que je n’avais pas pratiqué depuis la 4ème et le fameux avertisseur clignotant pour cycliste réalisé en cours de techno !), … Et puis, j’ai finalement trouvé ça plus facile que ce à quoi je m’attendais, preuve certainement de la qualité de mon professeur (nous n’étions que trois). Un très bon moment donc et un art très agréable à pratiquer. Le seul problème : maintenant j’ai envie de mettre des vitraux sur toutes les fenêtres de mon appartement !  

Loading Likes...

2 thoughts on “Une nouvelle technique : le vitrail !

  1. Quelle mise en gourmandise…
    Ce vitrail est vraiment très réussi…
    Dommage qu’une petite “boutique” ne soit pas associée à ce site, toujours éloquent
    Bravo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *